Retour aux actualités
  |  Sports

Comparaison entre activité physique en aérobie et anaérobie

L’activité physique aérobie est une activité nécessitant l’oxygène comme source principale de combustion des sucres fournissant l’énergie à l’organisme.

Le niveau d’activité doit être suffisamment faible pour ne pas imposer de difficultés respiratoires ni de douleurs musculaires.

Une intensité plus élevée ferait intervenir en complément le système « anaérobie », c’est-à-dire des processus induisant des déchets de l’effort comme l’acide lactique, dont le recyclage et l’élimination sont coûteux pour le corps.

Pour des sportifs débutants ou réguliers, si l’intensité de l’effort reste mesurée, donc essentiellement aérobie, l’organisme va s’adapter progressivement aux efforts proposés et se régénérer en entretenant une bonne vascularisation et un meilleur tonus musculaire sans s’épuiser.

L’endurance aérobie est « la capacité de maintenir une certaine intensité d’exercice sur une période de temps prolongée ».

On fait des exercices de type aérobie lorsque notre corps obtient suffisamment d’oxygène pour maintenir le niveau d’exercice et fournir l’énergie aux muscles actifs. En augmentant l’intensité d’un entraînement aérobie le corps a besoin d’utiliser plus d’oxygène. C’est pourquoi, le rythme de respiration et des battements de cœur s’élève.

En plus d’être favorable au contrôle du poids grâce à l’élimination des graisses, la pratique régulière d’activités de type aérobie contribue à l’amélioration de la santé à plusieurs autres niveaux.

Voici des exemples de bienfaits apportés par les activités de type aérobie : amélioration du transport de l’oxygène, renforcement du cœur, régularisation de la quantité de glucose dans le sang, permet de rendre les muscles plus efficaces, amélioration du sommeil, contribue à la bonne humeur, etc.

Pour améliorer votre endurance aérobique, il faut:

  1. Faire des efforts continus et de longue durée
    L’effort continu de longue durée permet à votre corps de devenir plus efficace dans l’utilisation de l’oxygène. Vous pouvez par exemple faire un jogging ou du vélo en pleine nature, faire des longueurs en natation, faire du ski de fond, patiner… et beaucoup plus encore. À vous de choisir!
  2. Faire des entraînements en intervalles
    L’entraînement par intervalles permet à votre cœur de se développer davantage et de devenir une pompe puissante. Par exemple courir pendant 3 min. puis se reposer en marchant 1 min. puis recommencer. Répéter pour une période de 30 min. et augmenter progressivement le nombre de répétitions et l’intensité aérobique.

MC Demarconnay, « L’activité physique aérobie tiré du Document de travail », CPC EPS Grenoble 5.2, pp 1-2.

Comparaison entre aérobie et anaérobie:
L’activité physique aérobie est une activité nécessitant l’oxygène comme source principale de combustion des sucres fournissant l’énergie à l’organisme. Le niveau d’activité doit être suffisamment faible pour ne pas imposer de difficultés respiratoires ni de douleurs musculaires. Une intensité plus élevée ferait intervenir en complément le système  « anaérobie »,  c’est-à-dire des pro-cessus induisant des déchets de l’effort comme l’acide lactique, dont le recyclage et l’élimination sont coûteux pour le corps.

MC Demarconnay, « L’activité physique aérobie tiré du Document de travail”, CPC EPS Grenoble 5.3, pp.1-2.

Pour des sportifs débutants ou réguliers, si l’intensité de l’effort reste mesurée, donc essentiellement aérobie, l’organisme va s’adapter progressivement aux efforts proposés et se régénérer en entretenant une bonne vascularisation et un meilleur tonus musculaire sans s’épuiser.